29 août

Ne faites pas l’impasse sur une estimation sur la Côte basque

maison dans main de femme

Vous souhaitez acheter une résidence secondaire ? La Côte basque fait rêver. Sur cette partie du littoral se succèdent de prestigieuses stations balnéaires (Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Sébastien, Zarautz, Lekeitio et Getxo). Pour bien acheter, suivez ce conseil : passez par une agence qui a réalisé une estimation sur la Côte basque d’un bien qui vous intéresse, sinon vous pourriez avoir de mauvaises surprises ! Et pour cause : selon La Centrale de Financement, courtier en crédit immobilier, sur le marché de la villégiature de bord de mer, chaque station balnéaire a ses propres caractéristiques indépendamment de la région où elle se situe et du climat. Au Touquet, par exemple où les prix avoisinent ceux de la Côte d’Azur, 750 € de remboursement de crédit mensuel et un capital emprunté de 147 978 € pourront financer un bien de 33 m².

En cette fin de période estivale, La Centrale de Financement propose une carte des m² achetables dans 20 stations balnéaires. Les taux retenus sont les taux moyens sur 20 ans constatés par ville, compris dans une fourchette allant de 1,98% à 2,04%. Avec 750 €/ mois sur 20 ans, vous pouvez vous offrir 61 m² à Biscarrosse, 48 m² à Saint-Malo, 46 m² à Cabourg, 33 m² au Touquet, 32 m² à Sainte-Maxime, 31 m² à Saint-Jean-de-Luz sur la Côte basque et 27 m² à Cannes et Arcachon. Sans surprise, les 9 000 €/m² à Saint-Tropez ne permettent pas de s’offrir plus que 16 m².

Sur le marché de la résidence secondaire, les taux sont supérieurs en moyenne de 0,10% par rapport au marché de la résidence principale. En effet, les biens destinés à la résidence secondaire sont souvent moins fongibles et plus atypiques. Ils offrent moins de potentiel à la revente. En outre, les banques sont moins enclines à se montrer conciliantes dans la mesure où ce type de contrat de prêt a peu de chance de donner lieu à des contre parties commerciales. Selon Sylvain Lefèvre, co-fondateur du courtier : « les acheteurs sont davantage prêts à payer le prix du coup de cœur et de la passion que pour l’achat d’une résidence principale dont les motivations sont plus rationnelles ». Alors, ne vous laissez pas emporter et fiez-vous à une estimation sur la Côte basque !

O.D. / Bazikpress © franz massard

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée